Leçon 1. L’art de la dégustation du vin – …ce qu’il est impératif de savoir !


Rituels de la dégustation…Mesdames, Mesdemoiselles, toutes à vos verres !

Malgré les apparences, le vin n’est pas un monde réservé aux hommes. Pour preuve, on retrouve de plus en plus de femme à tout niveau, de l’agronomie à la sommellerie en passant par la viticulture et l’œnologie. C’est pourquoi nous allons éclaircir ensemble les rituels de la dégustation, l’entrée en matière de l’art du vin.

Ce que nous allons rechercher au travers de cet article n’est pas seulement de rabattre le caquet de certain de ces messieurs qui vont essayer de vous étaler une science du vin non pas infuse mais diffuse ; mais plutôt de comprendre et de reproduire les gestes de la dégustation.

Quelques vérités pour vous mettre en confiance. Il faut savoir que les femmes ont un palais plus sensible que les hommes. Vous êtes donc plus à même de sentir les arômes et autres sensations, il ne vous reste plus qu’à les interpréter. Concernant l’interprétation, un conseil : restez humble ! C’est une des bases de la dégustation, pas de conclusions hâtives cela vous évitera de dire une c…nrie. Du point de vue du vocabulaire, les choses simples s’expriment clairement alors ne dite pas d’un vin qu’il a de la cuisse, de la jambe, ou ne parlez pas non plus de sa robe…on n’est pas chez Playboy ici ! Appelez un chat un chat et laissez simplement parler vos sens.

Maintenant que vous êtes prête, passons à la pratique.

Votre verre à vin est devant vous et il a une forme bien spéciale, une forme de « tulipe ». Cette forme est très importante. Le fond du verre qui surplombe le pied est évasé pour que le vin puisse s’aérer pour libérer des arômes. Le haut du verre, lui, est refermé pour capturer les arômes et les conduire directement à votre nez ou votre bouche. Dans ce verre, il y a un peu de vin (du bon tant qu’à faire !), mais pas trop, l’équivalent de 2 ou 3 gorgées.

Prenez votre verre à la main en le tenant par le pied et surtout pas à pleine main sur la partie haute du verre. Cette dernière méthode n’est pas très classe, mais surtout, vous allez salir votre verre, ce qui va gêner l’observation de la couleur. Justement, votre verre en main, vous le levez vers un point lumineux pour apprécier la couleur du vin. Les vins clairs sont généralement plus légers et plus fruités que les vins très colorés. Sur un vin blanc, observez les reflets jaunes, verts et la brillance. Pour un vin rouge, vous apprécierez les nuances de violet, bleu, rouge et orange. A savoir que plus il y a de reflets oranges, plus le vin est âgé, plus il y a de reflets violet bleu plus il est jeune, voir même de l’année. Ensuite, penchez légèrement votre verre, tournez le délicatement afin de faire glisser le vin le long du verre puis redressez le. Vous allez constater des larmes qui vont retomber dans votre verre, à quoi cela est il du? Beaucoup de personnes vont vous dire qu’il s’agit du glycérol et c’est à ce moment là que vous allez pouvoir briller en répondant NON ! En effet l’amalgame est fait avec un autre alcool, l’éthanol (qui est responsable de l’état d’ébriété). Le glycérol est lui responsable de la sensation de gras en bouche mais pas sur le verre. Au final, plus il y a de larme, plus il y a d’alcool. Dernière chose que l’on peut constater, la présence d’un léger dépôt. Rien de grave, rassurez vous cela n’altère en rien le gout de votre vin ! Le dépôt est la précipitation de la matière de votre vin, c’est donc complètement naturel.

La fois prochaine, nous parlerons de l’utilisation de son nez !!