Devenir barista chez soi, c’est possible !


Non, rassurez-vous, je ne m'imagine pas en serveuse Starbucks avec le tablier vert… Et j'ai assez peu envie de me retrouver derrière un comptoir de café parisien à débiter des petits crèmes et expressos entre deux jambons-beurre.

Si j'ai voulu devenir barista, c'est chez moi, pour moi et mes amis.

Eh oui, j'adore les cafés élaborés, les cappuccinos, les viennois, les jolis dessins faits dans la mousse, nous vous avons souvent donné de bonnes adresses de cafés, un peu partout, comme le Café j'adore, au nom prédestiné ; mais parfois, je n'ai pas envie de sortir, j'aimerais bien en avoir un tout de suite, là maintenant au coin du feu.

L'équipement pour être une bonne barista at home

Il fallait donc agir… Tout a commencé avec la recherche de la machine à café idéale : une machine comme on en voit, justement, derrière les zincs, bien chromée, avec un moulin intégré, pour pouvoir utiliser un bon café frais, une sortie vapeur pour pouvoir faire mousser le lait du cappuccino avec ce bruit tellement caractéristique, la pression qu'il faut pour "faire un bon café", le tout dans un budget accessible.

Première constatation : il faut de la place. Une cuisine parisienne, ce n'est pas un comptoir de bistro, et l'engin est toujours volumineux.

Deuxième constatation : côté budget, il vaut mieux acheter d'occasion. Cela tombe bien il y a des forums spécialisés pour cela où vous pouvez obtenir de nombreux conseils.

Nous avons plongé dans les comparatifs, les fonctionnalités, qu'est-ce qui était essentiel, ou pas ? Appris que le système de nettoyage est très important, car c'est souvent la faiblesse de ces machines, qu'il faut pouvoir y accéder facilement sans tout déménager.

Bref, au bout de deux mois, ELLE était là. Avec un moulin à café intégré, pour gagner de la place, son mode d'emploi épais comme un dictionnaire.

Quel café choisir ?

Ensuite est venu le moment de profiter de notre café. Nous avions sélectionné quelques cafés que nous aimions, des mélanges d'arabicas, avec une grosse préférence pour l'agriculture biologique et le commerce équitable (en version non bio, la culture du caféier est très destructrice de l'environnement). Et nous nous sommes éloignés des productions industrielles qui n'ont pas de goût, de type Nestlé and Co, pour nous tourner vers des mélanges réalisés artisanalement, par des petites sociétés.

Le fait d'avoir investi dans une machine à café de compétition nous a poussé à être beaucoup plus sévères sur les cafés que nous utilisions.

Conséquence indirecte : une fois le palais éduqué, c'est difficile de revenir en arrière. Aussi l'assortiment de capsules pour la machine à café du bureau a changé (la plupart de ces mélangeurs de cafés proposent leurs produits en grains, en poudre et en dosettes).

Aujourd'hui, nous avons sélectionné trois mélanges à base d'arabica, plus ou moins corsés, pour les différents moments de la journée.

Apprendre à faire de jolis dessins avec la mousse

Cette partie là est plus ludique qu'autre chose. Ce n'est pas le dessin qui change le goût du café… par contre, quand je mets la petite touche finale et que je pose sur la table un café décoré d'un coeur, d'une feuille ou de tout autre motif, qu'est-ce que j'impressionne !

Cela s'appelle le "latte art", et tout est dans le mouvement du poignet, souple et tremblant, pour faire bouger ma non troppo le filet de lait moussu qui tombe sur le café. Les motifs simples, comme le coeur se maîtrisent assez rapidement. Pour les autres, il faut plus de pratique… donc boire de nombreux bons cafés !